Tian-di (asbl) est né d’une expérience unique en Chine :
trois années passées à Nanjing (1988-91) pour apprendre à me débrouiller en langue chinoise, parlée et écrite, pour étudier la pensée et la médecine traditionnelle chinoises, et pour pratiquer celle-ci à l’hôpital public de Nanjing (capitale du Jiangsu, Chine).

Suite à cette expérience, une lente procédure alchimique s’est mise à l’œuvre en amont de ma conscience.
Plus qu’un gain, il s’agit d’une renaissance que la Chine m’a offert, un cadeau que j’ai peu à peu digéré, puis conscientisé et que, bien des années plus tard, je me suis sentie capable de partager.


Puis vint l’initiative de quelques personnes qui avaient le désir commun de partager avec le public occidental, initié ou néophyte, leur curiosité, leur intérêt et leurs connaissances de la Chine.
En 1999, notre travail commun a abouti à la création de notre asbl namuroise, Tian-di.


***

Dès ses débuts, Tian-di a eu pour objectif de s’ouvrir à la Chine et de la faire connaître sous ses aspects les plus variés.
Nous pensons que la langue, la culture, l’Histoire, la pensée de la Chine constituent une gigantesque source d’enseignements.
La rencontre entre la Chine et l’Occident, avec chacun leurs plis culturels particuliers et leur humanité commune, peut être une inépuisable source d’enrichissement mutuel.

C’est à ce projet d’ouverture et de rencontre que Tian-di vous invite à participer.

                                                                                                                                                                  Elisabeth Martens